vendredi 27 mars 2015

Dimanche 5 avril, en attendant Omar, pause café à Saint-Aubin-du-Cormier


Omar Khayyām annoncé comme l'invité de ce dimanche 5 avril s'est hélas égaré en chemin. Il devrait être là en juin, après la venue de Bruno Duval – libraire de L'Encre de Bretagne à Rennes – le 3 mai.

Le Bar d'à Côté ne vous proposera pas d'animation autour du livre ce premier dimanche d'avril, mais vous invite à accompagner vos conversations et éclats d'un p'tit café ou de tout autre breuvage proposés par Jennyfer et Laurent.

À l'entrée du bar, sous le kiosque, vous pouvez déposer les livres que vous aimez partager ou emprunter celui qui vous plaît.

Amoureux et curieux des livres, venez nombreux

► renseignements auprès de Christian Domec - christian.domec@wanadoo.fr

« C'est grâce à la chèvre que nous avons le café. Parce qu'au quinzième siècle, vous aviez un petit arabe qui gardait des moutons, euh pardon, des chèvres pour un monastère et ce Kadi, il s'appelait Kadi, eh bien, il a vu ses chèvres qui étaient en train de manger. C'était un café, des caféiers qui avaient brûlé et ça avait donné des grains de café. Puis les chèvres mangeaient ça. Puis tout d'un coup il les a vues tout excitées, très follettes et tout. Il s'est dit : « Qu'est-ce qui se passe, qu'est-ce qui se passe, je vais ramasser tout ça et je vais l'emmener au père du monastère, au père supérieur. »

Et puis le père supérieur... Ils ont fait griller ça, ils l'ont mis dans l'eau : « Ah, ils ont dit, mais c'est drôlement bon ce café. » Et alors, le supérieur du monastère a dit : « Après tout, aux prières du matin, aux matines, à quatre ou cinq heures du matin, tous ces moines, ils m'agacent parce qu'ils sont toujours en train de dormir au lieu de prier. Je vais leur faire boire ça. » Et puis le lendemain il leur a fait boire du café. Pouh, il a vu des moines gais, joyeux et puis qui se sont mis à prier intensément. Et voilà. Et puis au XVIIe siècle Madame de Sévigné l'a vanté et puis tout le monde s'est mis à le trouver délicieux. Il y avait aujourd'hui... même Balzac qui a tant écrit, qui est Tourangeau, il devait drôlement remercier, lui qui aimait le café, la chèvre !

♪ air de flûte ♫ »

(extrait, retranscrit tel quel, de l'Éloge de la bique, émission de Radio France réalisée par Marilia Lopez en 1999)

Christian Domec




1 commentaire:

  1. Hello ! À propos de chèvre, comptez-vous évoquer l'excellent site que lui a consacré Christian Domec, alias Arthur Morneplaine depuis de nombreuses années ? C'est là que nous avions croisé Marilia Lopez réalisatrice à Radio France. cf. " La Sente de la chèvre qui bâille " (de plaisir !) Signé : Edmée Lacroix

    RépondreSupprimer